Photo de Luis Villasmil

Le syndrome du manque de temps : ennemi ou allié du side project?

« Le temps commence à manquer, vous devriez faire quelque chose, et vite, mais vous ne savez pas quoi exactement. »

Cette phrase, elle vient de la dernière infolettre de Chris Guillebeau sur le sujet du time anxiety. Elle m’est rentrée dedans.

Time anxiety, ou syndrome du manque de temps, c’est la peur de ne pas pouvoir accomplir ce qui nous tient à coeur, de passer à côté de quelque chose d’important ou de carrément perdre son temps. 

Je l’avoue : ça fait partie de ma vie, et c’est stressant.

Une autre expression pour parler du FOMO (Fear of Missing Out)?

Oui et non. Le FOMO se rapporte au temps présent. Il ordonne son aménagement le plus optimal pour faire le maximum maintenant. Si j’ai bien compris, le syndrome du time anxiety possède de plus longs tentacules qui lui permettent de couvrir trois temps : le passé, le présent et le futur. 

Ce syndrome-là nous stresse avec l’aménagement du temps futur. Exigeant sur le plan des choix de vie –  comme s’il fallait tout décider pour l’avenir maintenant – il met généralement en évidence le manque de clarté quant au futur souhaité. Les regrets du passé, semble-t-il, n’aideraient pas à faire des choix plus éclairés.

Un phénomène nouveau? 

Quand on regarde les requêtes effectuées sur Google avec l’expression « time anxiety », depuis 2003, il apparaît évident qu’on est de plus en plus nombreux à ressentir cette pression. Selon Statistique Canada, le stress lié au manque de temps affecte davantage les 35-44 ans que les groupes d’âge plus vieux.

Si je m’intéresse à ce syndrome dans le cadre de mes recherches sur les side projects, c’est qu’ils sont liés, je crois, par une relation de causalité. Un projet parallèle peut donner un grand boost d’énergie, parce qu’il répond à un besoin personnel, mais il peut aussi être source de stress quand on peine à lui accorder assez de temps.

C’est pourquoi il faut préserver le side project du monde des échéanciers (un message qui s’adresse aussi à moi) et le faire à un rythme confortable. Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout si le projet est un side hustle, c’est-à-dire un revenu d’appoint.

Je vais revenir sur ce type d’anxiété, car je commence à peine mes lectures sur le sujet et mes connaissances sont limitées. Je l’aborderai sûrement lors de mes prochains entretiens.

Si le sujet vous intéresse aussi, je vous suggère la série de Joseph Gordon-Lewitt, Mr. Corman, sur Apple TV+. Elle explore merveilleusement le sujet de l’anxiété à l’aune de la peur du temps qui passe.

Josh Corman est enseignant. Il a fait le choix d’une « vie d’adulte » et il a abandonné la musique. Mais plus rien ne l’allume, il lui manque quelque chose, il sait qu’il devrait faire quelque chose… et ça l’obsède.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s